Guillaume Meurice

Guillaume Meurice



Guillaume Meurice est humoriste, je dois faire cette chronique avant minuit, et je n’ai pas d’humour. Je veux dire : c’est difficile d’avoir de l’humour avec un humoriste. On a toujours peur d’être meilleur que lui, ou pire, qu’il se mette à rire en disant : ah ! Géniale celle-là, je te la pique ! Sans trop savoir s’il vous nargue ou pas. J’essaye donc de rester sérieux. Lorsque je lui ai demandé au téléphone de me raconter un de ses rêves les plus incroyables, il m’a répondu : Avec plaisir Patrick, mais je ne me souviens jamais de mes rêves...

Et dans ma petite tête je me suis dit Quoi ? Même pas un dragon qui fume ou un rhinocéros qui vole ? Une Nadine Morano en Marianne ? Un kangourou en porte-jarretelles ? Rien ? Bon, pas grave ... Je trouverai. J’ai visionné toutes ses vidéos sur youtube, ses spectacles, ses chroniques sur France Inter, ses superbes performances durant les manifestations ou durant le meeting de Sarkozy,… rien… pas moyen de trouver une idée onirique.

Était-ce un coup de fatigue ? Ne suis-je plus capable d’écrire cette chronique Next (F9) ? Est-il marabouté ? Je l’ai rappelé et lui ai dit : Cher Guillaume, je vais te faire un tirage de tarot persan de Madame Indira. Avec tous ces médiums que tu appelles dans tes chroniques, tu dois bien avoir un certain intérêt pour la chose. Grand éclat de rire évidemment. Il a accepté en me disant ok, je joue le jeu. Je lui ai tiré les cartes, je lui ai dit que tout n’était pas rose dans sa vie, qu’il avait un rapport très compliqué avec une femme,… et il m’a dit Arrête, je ne veux plus rien savoir. Je n’écoute plus, j’annule tout. Et là, comme par magie, il me pousse dans un fauteuil dentaire, enfile sa blouse blanche de dentiste de l’horreur et avec une pince Gouge peu servie m’ouvre la bouche à la recherche de mensonges tout en chantonnant T’as voulu voir Vesoul Et on a vu Vesoul T’as voulu voir Honfleur… je pensais être libre et pouvoir m’échapper, mais il m’avait fait enfiler une camisole de force sans n’avoir rien vu venir.

Guillaume ! Arrête ! Nous avons des points communs : le végétarisme, on est gémeaux tous les deux, on aime déconner… Arrête ! On n’est pas dans Brazil, merde. Soudain il se leva devant moi. Il avait plusieurs paires d’ailes. Il était devenu un homme d’une beauté supra-terrestre. Monsieur Lowie ? J’ai tout compris, Je vais quitter l’arène médiatique, je suis bien plus noble que tout ce cirque. Je rêve déjà de chanter et de me produire au Festival Jacques Brel de chez moi. Je le regarde dans les yeux et lui dit sur un ton théâtral : Dans les bérézinas, pas de bassesses, pas de compromis ! Le mépris. Par contre, tu pourrais m’enlever cette camisole ? Il n’en fit rien et avec ses ailes s’envola dans le ciel étoilé.

Voir en ligne : Le site de Guillaume Meurice