Raphaël Kettani

Raphaël Kettani



Edmund Husserl a écrit : la philosophie de la transcendance nous jette sur la grand-route, au milieu des menaces, sous une aveuglante lumière. C’est à cet endroit précis que deux hommes en uniforme de guerre sonnent à la porte d’une maison en pisé. La lune n’apparaissait plus depuis longtemps. Un jeune homme ouvre. Monsieur Kettani, vous êtes en état d’arrestation ! Sans rien dire, il obtempère. Raphaël Kettani est un peintre belge aux origines picturales diverses, yeux dans les étoiles, âme à la recherche de demeures divines, transcendances éternelles, d’aveuglants rayonnements et d’amour-encens. Ce rêve commence mal mais cette visite, il s’y attendait un peu. Les tremblements, énergies, lumières, couleurs, éléments…. Tout avait pris une forme nouvelle : codes, traits, pigments, mots, incantations et indications pour mieux comprendre ce monde effrayé par lui-même. Les deux hommes semblaient résignés. Ils l’emmènent en Honda Air, nouveau véhicule de la police de l’invisible, ils traversent un monde nu et infini, champs de rien, pas de battements. Le peintre-hypnotiseur observe au loin, comme une énigme, la plage de l’Amour, d’une beauté métaphysique. Ils ralentissent au panneau publicitaire vantant l’art : La véritable création commence où finit le langage (1)


Je sors de mon bureau, j’entends la voiture, je sors du bâtiment, je vais vers l’engin, les soldats s’évaporent. J’observe le Dieu guérit et le fils de Dieu. Tout dans un seul homme. Je m’avance et lui tends la main : Je suis Patrick Lowie, conteur de rêves. Pourriez-vous me dire quelques mots, j’aimerais savoir si votre voix s’accorde à votre voie. Il chante d’une corde céleste, sacrée. Je suis désolé d’avoir usé de mon pouvoir pour vous kidnapper. Nous sommes dans mon laboratoire des rêves. Collectionneur de toute l’œuvre déjà gigantesque du jeune peintre, des cris à la révolution en passant par les grenouilles qui plongent et Ganesh. Toute la beauté lumineuse est là, accrochée aux murs. Il me dit : Mes toiles, est-ce qu’elles vous emmènent en voyage ? Je réponds : Non. Elles voudraient m’hypnotiser mais je résiste. Il ajoute : Vous allez craquer. Je lui dis : Donnez-moi ce que vous avez dans votre poche. Il sort un papier plié en huit et me le donne. Je le déplie. Je lui dis : Vous y êtes allé ? Il me répond : Oui. Je lui dis : Personne n’est allé à Mapuetos. Il me répond : J’y suis allé.

Il se transforme en enfant de quatre ans, entre dans une pièce blanche, se met dans un lit, se glisse sous la couette, ferme les yeux. Dormez, je le veux ! Le rêve dans le rêve. L’enfant rêve qu’il est grand, qu’il dessine un pays qui n’existe pas, que quelqu’un sonne à la porte. Il se voit transporté dans une voiture du futur. La fenêtre s’ouvre dans un rugissement de puissance. De son lit, il observe l’horizon, une ombre faite d’eau s’avance dans le vide. L’enfant est apaisé. Il se sent bien et cette ombre qui entre dans la pièce touche le front de l’enfant, une lumière aveuglante...

(1) Arthur Koestler


Qui est Raphaël Kettani ?
Raphaël Kettani est un jeune artiste belge né en 1992. Il vit et travaille actuellement à Paris. Il a fait des études de communication et d’arts plastiques avant de se consacrer pleinement à la peinture. Raphaël Kettani réalise des tableaux fourmillants de détails dans un style naïf, organique et coloré qui n'est pas sans rappeler la figuration libre (et de Keith Haring en particulier). Inspiré par la bande dessinée, le graffiti et tenant du « bad painting », son travail se caractérise par la répétition de formes soulignées de noir et de couleurs vives. Les traits, les couleurs, les figures qui se dessinent dans les formes, sont les éléments significatifs de l’artiste des années 80. Ses médiums de prédilection sont l'encre de chine et l'acrylique, et ses toiles sont narratives par essence : on y distingue pêle-mêle des visages, des créatures fantastiques, des totems, des yeux, des bouches ou encore des oiseaux. Ses œuvres abordent les thèmes de la mort, de la sexualité et des mythes universaux. Il a peint le tableau "Mapuetos, la magnifique" en référence au travail littéraire et poétique de Patrick Lowie.



Voir en ligne :
Le site du peintre
Photo crédit :

Erreurs de syntaxe, d'orthographe ou coquilles... faites-nous part de vos remarques à 
info@next-f9.com

© Patrick Lowie / créé par Yenaky / Tous droits réservés / Design: HTML5 UP