Guillaume Jobin

Guillaume Jobin


Guillaume Jobin m’accueille : Cher Patrick Lowie, soyez le bienvenu à Paris. J’étais à peine sorti de l’aéroport CDG, il m’attendait dans une Citroën DS, le chauffeur, Le Bedeau, coiffé de sa casquette, la paire de gants couvrant les mains, et la fine cravate, le travestissement adéquat pour les enterrements de vie de garçon. Sauf que nous allions simplement au Salon du Livre, que son invitation me parut mystérieuse et qu’il avait le teint bleuâtre.

J’ai couru toute la matinée, je me prépare pour le marathon. Un petit verre ? Même si mon abstémisme n’atteint plus les 100 %, je ne bois que dans de grands moments de bonheur ou de grands moments de pessimisme. Mais ma réponse a été différente : vous savez que les prêtres ont le pouvoir, en prononçant la formule « hic est enim calix sanguinis mei », de transformer le vin en sang. Cette idée de sang m’insupporte. Guillaume Jobin est auteur de trois livres : « Route des Zaërs », « Lyautey, le Résident » et « Mohamed V, le Sultan », fondateur de la maison d’édition Casa-Express, et président de l’École supérieure de journalisme de Paris.

Je dois avouer que quelque chose dans son regard m’intriguait et qu’un pli dans son cou était mal raccordé. Il enlève subitement son masque et me dit Fantômas qui êtes aux cieux, sauvez la poésie ! C’était le chauffeur. Du coup, je regarde le chauffeur qui enlève lui aussi son masque, c’était Guillaume Jobin ! Je les regarde tous les deux : Je n’ai pas très bien compris votre petit jeu. Et l’éditeur au volant de répondre : Ils sont tous à mes trousses depuis que j’ai écrit ce roman d’espionnage et avec le nouveau qui va sortir dans quelques mois, ça ne va pas s’arranger !

Les bouches des masques mous bleutés de Fantômas-Jobin et du chauffeur déposés sur le siège avant semblent se mouvoir toutes seules. Complot ou complotite ? J’ai le désir d’appeler Guillaume Jobin mon petit-fantômas terme conventionnellement hypocoristique mais je n’en ai rien fait. Il arrête la voiture devant l’entrée du Salon du Livre où des hommes musclés, barbares contemporains enfants de la pègre des bas-fonds parisiens, font la file pour acheter leur billet. Nous dépassons tout le monde. Je suis étonné que les amateurs de livres soient si musclés, hurle Guillaume Jobin. Le contrôleur, l’inspecteur Juve, nous invite à entrer par l’autre porte mais mon petit-fantômas qui avait gardé son maillot de gymnaste et sa cape noire sur les épaules a été très convaincant lorsqu’il a dit : je connais le code, et le passage secret.

A l’intérieur, j’ai très vite compris que nous étions au Salon Body Fitness et non au Salon du Livre adjacent. Il n’y a pas beaucoup de livres cette année ! s’exclame-t-il en passant devant une femme, La Toulouche, en pleine démonstration de Bowka. Il ramasse un papier plié en quatre convaincu d’avoir trouvé un trésor. Il déplie le document qui se trouve n’être que la page 555 du dictionnaire où apparaît le mot gematria.

Qui est Guillaume Jobin ?
Guillaume Jobin, né le 16 novembre 1958 à Sainte-Adresse (Seine Maritime), est un écrivain français et dirigeant d’un établissement d’enseignement supérieur. Issu d'une famille du Havre négociants en café depuis le XIXe siècle, Guillaume Jobin est diplômé du certificat de psychologie médicale (université Paris V) en 1982, docteur en médecine de l’Université de Rouen (1984), sa thèse porte sur « Café, caféine et santé », puis diplômé du MBA d’HEC en 1986. Directeur général de l’École supérieure de journalisme de Paris de 2006 à 2008, puis président du conseil d’administration.



Voir en ligne :
Le site de Casa Express Editions
Photo crédit :

Erreurs de syntaxe, d'orthographe ou coquilles... faites-nous part de vos remarques à 
info@next-f9.com