Alain Godefroid

Alain Godefroid



Parfois, quand je me lance et que j’écris mes portraits oniriques, j’ai l’impression, pas forcément sincère, d’y voir une tentative pour me frayer un chemin vers Mapuetos. On me reproche de ne pas en dire assez. Mais, comme je l’ai déjà raconté aux amis et aux médias, je m’inspire des milliers de feuilles manuscrites et signées feu Marceau Ivréa, feuilles retrouvées dans un hôtel bruxellois. Mon travail consiste juste à ordonner, assembler, déchiffrer et tenter, tant bien que mal, de créer une œuvre. Je n’ai moi-même que les informations que je découvre au fur et à mesure. Par exemple, je ne sais toujours pas où est Mapuetos. C’est pour cette raison, que j’ai fait appel à un vieil ami, que j’ai connu galeriste, avant de comprendre qu’il était surtout artiste et explorateur des mondes. Très bel artiste, créateur de tableaux, bricoleur d’images, qui ressemblent tant à des montagnes imagées, à des cartes orohydrographiques d’un monde inconnu, invisible. Je l’ai chargé d’une mission spéciale lors d’un vernissage de son exposition au consulat du Qatar à Bruxelles : Alain Godefroid, pourriez-vous partir à la recherche de Mapuetos ? Vous êtes un explorateur digne d’Antonio de Abreu, de Vasco Núñez de Balboa, d’Arthur Rimbaud, de Henry Morton Stanley ou de Francis Younghusband…. Oui, vous auriez pu découvrir le Tibet, l’Abyssinie, le fleuve Congo, Panama ou Timor… partez à la recherche de Mapuetos ! Le verre de champagne en cristal a glissé de ses mains : je décroche toutes mes œuvres et je pars immédiatement. Ce fut sa réponse, et je dois avouer que c’est souvent l’effet que cela provoque lorsque je parle de Mapuetos (que je prononce à l’espagnol, u=ou et le s final très prononcé).

Sans nouvelle du peintre pendant deux ans, puis ce coup de téléphone en pleine nuit : Patrick Lowie, Mon camion affiche 92.526 kilomètres. En trois ans, ce n’est pas mal pour un explorateur, non ? J’ai parcouru de long en large et dans le désordre, la France, l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, l’Italie, la Slovénie, la Croatie, le Monténégro, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, la Grèce, la Hongrie, la Bulgarie, la Slovaquie, le Portugal et aujourd’hui l’Espagne... Et je n’ai toujours pas trouvé Mapuetos ! Et ce, sans compter mes voyages en Inde, au Népal, au Togo, à Cuba et l’an passé au Vietnam. Rien, nada, schnol, broquette, niks ! Vous avouerez que c’est frustrant, non ? Mais je n’ai pas dit mon dernier mot. Et il a raccroché aussitôt. Ce fut si rapide et je ne suis pas sûr que j’étais bien réveillé, j’ai donc mis cet appel dans le rayon des rêves. Il m’a rappelé hier. Nous nous sommes donné rendez-vous au vernissage de son exposition au consulat de Rawajpoutalah. Sur le chemin, je vois un très vieux monsieur enfoui dans une longue redingote et protégé d’une pluie diluvienne par un chapeau mou, qui longe le mur sans fin d’une église de pierres. Il tient une enveloppe blanche dans la main. Soudain, il plonge dans le vide et s’étale sur le sol, sans aucune raison apparente.

A mon arrivée au consulat, je suis reçu par le Président du Rawajpoutalah qui s’empresse de me décorer de l’Ordre de la Couronne d’Os Rongés. Heureux de revoir Alain Godefroid, je lui raconte les mésaventures du vieux monsieur sur ma route. Il me dit : mais c’est mon rêve ! Vous avez vu mon rêve ! Vous l’avez vécu ! Enfin, une partie de mon rêve, j’ai demandé ensuite à mon amoureuse ce qui aurait bien pu pousser ce vieillard à faire pareil geste, elle m’a répondu qu’il a sans doute eu peur d’être vu par sa femme qui l’espionne derrière les vitraux d’une fenêtre de l’église. À ce moment, le sol s’est mis à chavirer lentement et je me suis retrouvé sur le pont d’un navire en pleine tempête. Un officier, un porte-voix à la main, m’ordonne alors de m’accrocher à une poulie de secours, mais je n’en trouve aucune. Comme je panique et reste tétanisé en m’accrochant à la balustrade, j’aperçois le vieux monsieur au chapeau courir vers moi. J’espère qu’il va me sauver, mais il me contourne tout en déposant sa lettre dans ma main. Je reconnais immédiatement l’écriture de maman, mais je ne comprends rien à son charabia. De plus, au fur et à mesure que j’essaie de lire sa lettre, le texte s’efface, les lettres s’envolent. Je me réveille au côté de mon amoureuse, la larme à l’œil et cependant envahi d’une énorme vague de bonheur. Nous sommes restés silencieux plusieurs dizaines de minutes, ne sachant plus quoi dire, cherchant une transition possible avec le résultat de ses recherches sur Mapuetos.

Puis, avec cette ironie qui me caractérise, je lui dis : et donc, la terre est plate ?

Qui est Alain Godefroid ?
Artiste peintre et illustrateur belge, depuis 2005, Alain Godefroid revient à ses racines, à ses premières amours. Fils naturel de la Castafiore et du Capitaine Haddock, élevé et nourri à la BD, il assume aujourd'hui son amour pour la ligne claire en combinant son trait d'encre de Chine ou de fusain à l'acrylique. Ses sujets sont aussi divers que les pays qu'il a visités. New York, Marrakech, la Lybie, le Japon, Zanzibar, l'Inde, le Togo... ou simplement le Plat Pays qui est le sien. Depuis 2012, il parcourt les routes secondaires d'Europe dans sa camionnette et nous fait ainsi découvrir notre planète avec une vision particulièrement optimiste.


Voir en ligne : Le site d’Alain Godefroid
Illustration : autoportrait d'Alain Godefroid.