Agnès Henneguy

Agnès Henneguy



La comtesse Anna-Élisabeth de Noailles, née Bibesco Bassaraba de Brancovan, extraordinaire poétesse française au cerveau bouillant et au sang froid, a écrit : la tendresse a ses jours d'ennuis. Une voix off ajoute : … qui deviennent de plus en plus nombreux. Une voix qui semblait sortir de presque nulle part, je suis trop fainéant pour chercher sa provenance, enseveli dans un océan de couardise, je sens en moi une forme de cruauté, condamné à une vie de langueur féroce, écrasé sous le poids d'une mélancolie mélodique, le coeur aigri en pause.

Dans ce rêve, on est sur le tournage d'un film : Le Visage émerveillé, biopic de Anna de Noailles, rôle joué par Agnès Henneguy. Moi, je joue celui d'André Gide. Les costumes fin XIXème nous vont à merveille. C'est le premier rôle au cinéma d'Agnès Henneguy et je la trouve parfaite. Elle s'approche et me dit : Patrick Lowie, ce rêve m'angoisse, je me sens en état d'urgence. J'essaye de comprendre : que voulez-vous dire ? Elle poursuit : j'ai fait un drôle de rêve il y a quelques mois, un rêve particulier, intense et presque réel, j'ai bien peur que ce ne soit un rêve prémonitoire : j'ai rêvé avec précision le jour où vous faisiez un malaise cardiaque, juste avant de glisser dans votre baignoire. Et ce jour, c'est aujourd'hui. Dans mon rêve, vous n'en êtes pas mort très cher André Gide, cela ne m'affecta pas énormément puisque nous ne nous sommes croisés que deux ou trois fois, mais dans la réalité, cela me met dans tous mes états. Des frissons de peur. Je fixe, sans raison aucune, ses manches bouffantes puis son tour de cou. Vous parlez, dis-je, avec une volubilité prodigieuse, vous aimez lire, les phrases se pressent sur vos lèvres, s'y écrasent, s'y confondent. Même si je m'écroule ici, même si je devais disparaître dans l'autre monde, je ne pourrai qu'être heureux, je n'ai aucune crainte. Elle s'avance vers la baignoire en fer blanc, on entend un livreur monter des seaux d'eau chaude à l'étage. Il frappe à la porte, je vais ouvrir. Il remplit la baignoire. Je le regarde avec les yeux ronds. Il sort se reposer sur le palier et attend qu'on prenne un bain pour qu'il puisse vider l'eau sale dans la cour. Dans le rêve, dit-elle, tout ce qu'il s'est passé jusqu'à présent, je l'ai déjà vu. Le beau livreur vient de sortir, il nous attend, je vais vous laisser prendre un bain, vous allez avoir un malaise et glisser. Pendant ce temps, je réciterai des vers. Je souris en l'écoutant, elle me transporte dans sa compote d'idées surréelles, de sensations vibratoires surtout lorsqu'elle lit de sa voix griffée et douce, au timbre particulier, de sa belle diction Les deux pigeons de Jean de La Fontaine.. Deux Pigeons s'aimaient d'amour tendre. L'un d'eux s'ennuyant au logis, … un tutti-frutti accompagné de gestes de mains et de bras, d'yeux. Elle voudrait mettre son feutre de travers et réciter des vers encore et toujours.

Le désir de certitude, de sécurité, est un des mobiles majeurs du moi, et je construis ce rêve dans la certitude qu'aucune prémonition me fera glisser. La comtesse Agnès se déplace jusque dans le salon, me laisse me déshabiller et, en entrant dans la baignoire, nu, je fais un malaise, je glisse et le fer blanc me rentre dans la peau. Je ne suis pas mort, le jeune livreur d'eau à la peau tannée m'a porté sur ses épaules musclées jusqu'au rez-de-chaussée. Agnès Henneguy observe la scène de son balcon et me dit : je le savais, c'était un rêve prémonitoire.


Qui est Agnès Henneguy ?
Je suis née un 31 octobre. J'ai grandi en banlieue parisienne bourgeoise. J’ai suivi un cours de théâtre classique puis récemment j'ai travaillé pour l’éducation nationale en passant un Master de professeur. Mais je reviens à mes premiers amours la poésie , les mots ...avec un plaisir et une nécessité de partager Rimbaud, Anna de Noailles et bien d’autres. Je les enregistre en les diffusant sur les réseaux sociaux. Lorsque j étais professeur je ne pensais qu’à une chose être libre comme Cyrano: mettre son feutre de travers...et réciter des vers


Voir en ligne : 

Photo crédit : Lou Sarda